Quatre saisons à l'Hôtel de l'Univers

Livre numérique

Quatre saisons à l'Hôtel de l'Univers

Un communard libéré des bagnes de Nouvelle-Calédonie, une intrépide féministe passionnée par Jules Verne, des aventuriers italiens, des gardes hindous, des officiers anglais : on croisait forcément des gens hardis à la pointe de l’Arabie, à l’Hôtel de l’Univers, dans la cité d'Aden. Arthur Rimbaud, devenu un autre, y fit escale. En ce point du globe s’attardèrent le philosophe Paul Nizan et le poète Philippe Soupault. Selon un géographe, le mot Éden a la même origine que le mot Aden. Cela reste à voir.
Rejetant les dominations coloniales, l’Orient arabe a voulu entrer en modernité. Au Caire, à Damas, à Bagdad, des colonels enfilèrent l’uniforme du progrès. Aden choisit la révolution.
Depuis le parvis de l’Hôtel de l’Univers, c’est toute l’épopée de notre temps qui est observée à travers l’histoire du monde arabe, creuset où entrent en fusion les appétits des puissances planétaires.
On retrouve ici le ton propre à Philippe Videlier : une ironie à la fois caustique et nonchalante, usant d’un style imperturbable pour décrire le cours sanglant de l’histoire en s'appuyant sur une documentation riche et précise.